B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

La Grèce archaïque : 700-480

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. Sparte, cité archaïque

Installation des Doriens en Laconie
La réforme de Lycurgue
L’hégémonie de Sparte

4.3. L’hégémonie de Sparte

4.3.1. La bataille d'Helos

Contrôlant la partie sud du Péloponnèse située à l’est de l’Eurotas, Sparte se sent rapidement à l’étroit et a besoin de nouvelles terres. Mais elle se heurte au nord la puissante cité dorienne d’Argos qui non seulement domine l’Argolide mais tient une position hégémonique, grâce notamment à une marine puissante, lui permettant de contrôler tout le Péloponnèse jusqu’à l’île de Cythère.

Aussi, lorsque Sparte s’attaque au territoire achéen de Hélos à l’est de l’embouchure de l’Eurotas, Argos envoie un corps expéditionnaire contre Sparte, décidée à empêcher que les spartiates contrôlent la partie est de la Laconie. En dépit du fait que c’était sacrilège de s’attaquer à un état frère (Les Argiens sont des Doriens), un corps expéditionnaire d’Argos débarque depuis Cythère. Les spartiates s’emparent néanmoins de la cité qu’il détruisent, refoulent les Argiens et s’emparent de toute la région, avant d’effectuer des raids sur l’Argolide. Les conflits vont désormais être quasi permanents entre les deux cités et vont se cristalliser autour de la Messénie…

4.3.2. La première guerre de Messénie : 743-724

A l’ouest de l’Eurotas, la Messénie possède de riches plaines et de gras pâturages. Occupée aussi par des Doriens, elle partage avec Sparte des terres communes sur sa frontière est, assez mal définie : sur cette zone a lieu régulièrement une célébration commune entre les deux cités, au cours de laquelle les pâturages étaient distribués.

Sparte lorgne sur les riches plaines de Messénie ; prétextant un sacrilège commis dans le sanctuaire commun d'Artémis (des Messéniens auraient enlevé des jeunes filles spartiates), Sparte marche contre son voisin. La guerre dure une vingtaine d’années et se résume en une série de coups de mains et de sièges, sans grande bataille, les formations hoplitiques n’existant pas encore, ni d’ailleurs la phalange. Sparte a dans ses rangs des mercenaires corinthiens et crétois, alors que la Messénie est soutenue par l’Arcadie, Sicyone et surtout Argos.

Au bout de vingt ans, Sparte finit par l’emporter : la forteresse de l’Ithômé, dernier bastion messénien, est prise ; l'aristocratie messénienne s'enfuit dans les cités alentour et les autres messéniens sont réduits à l’état d’ilotes et doivent prêter serment à l’état spartiate. Les terres, divisées en lots, sont données à 3000 spartiates. Elles seront cultivées par les ilotes qui devront verser la moitié de la production aux nouveaux maîtres.

4.3.3. La seconde guerre de Messénie : 670-657

Argos atteint le sommet de sa puissance avec Phidon, roi - tyran qui gouverne la cité vers 670 et qui soumet les principales cités du Péloponnèse nord. Le conflit éclate avec Sparte à propose de la conquête de la riche plaine de le Thyréatide sur le golfe d’Argos. En 669, la bataille d’Hysiaï voit la victoire d’Argos et entraîne la révolte de la Messénie : ainsi débute la seconde guerre de Messénie. La victoire d’Argos est due à l’utilisation, pour la première fois, de la phalange hoplitique par Phidon. La guerre se porte sur le territoire laconien et les spartiates doivent se battre avec acharnement, forgeant alors leur réputation, car le mot d’ordre est de se faire tuer sur place plutôt que de céder un mètre de terrain.

Finalement Sparte repousse ses ennemis lors de la bataille dite « du Grand Fossé » et la guerre se poursuit par une série de raids et de coups de main : la Messénie est reconquise, Argos repoussée puis partiellement envahie. Dans la foulée, après consultation de l’oracle de Delphes, Sparte envahit l’Arcadie « avec des chaînes pour les prisonniers et des baguettes pour mesurer le terrain »… Mais les spartiates sont vaincus, doivent porter leurs propres chaînes et cultiver les champs, honte suprême ! Finalement, après une longue lutte, Tégée est soumise vers 560 ; Sparte s’institue protectrice de Tégée et signe des alliances avec les principales villes d’Arcadie, puis, séparément, avec de nombreuses cités du Péloponnèse comme Corinthe et Mégare… Ainsi est créée la « ligue du Péloponnèse », dont le but, d'abord défensif est d'avoir les mains libres contre Argos.

4.3.4. L'Hégémonie spartiate

Les Spartiates chassent d'abord les Argiens de Cythère puis envahissent la Thyréatide : il s'agit pour Sparte comme pour Argos d'un point d'honneur. Un nombre limité de soldats d'élites s’affrontent donc dans la « bataille des champions » en 546 où s'opposent 300 combattants de chaque rang. La légende raconte que la nuit venue, il reste un Spartiate et deux Argiens, les deux camps proclamant la victoire. Les deux armées en désaccord se rencontrent alors en bataille rangée et Sparte l’emporte : elle s’assure ainsi la domination de la Thyréatide. Ainsi, à la veille du Vè siècle, elle devient la grande puissance sur le Péloponnèse, alors que son alliée Corinthe est maîtresse des mers avec sa puissante flotte.



Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)