B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Rome : la chapelle Sixtine (Vatican)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4. La « théologie » de la Sixtine

Introduction
La symbolique de la Sixtine et la théologie augustinienne
L’apport de Michel Ange

4.3. L’apport de Michel Ange

Nu du coin inférieur droit de la création d’Eve (au-dessus de la Sibylle de Cumes). 1509-1510. Fresque, chapelle Sixtine, Vatican
Nu du coin inférieur droit de la création d’Eve (au-dessus de la Sibylle de Cumes). 1509-1510. Fresque, chapelle Sixtine, Vatican

L’apport de Michel Ange, absolument unique au point de vue artistique, complète en quelque sorte cette vision théologique globale due à la volonté de la papauté, mais surtout y apporte sa propre expérience et sa propre vision du monde. Son œuvre de la Sixtine est aussi bien révélatrice de ses tensions et conflits d'ordre personnel et affectif qu’une réponse originale aux sollicitations d'une époque tourmentée, période de contrastes violents marqués par la Réforme de Luther, l’épouvantable sac de Rome de 1527 mené par une armée en partie espagnole mais surtout luthérienne, dont les soldats affamés pillèrent la Ville éternelle et, enfin, une prodigieuse crise générale des valeurs : c'est la rupture des équilibres atteints durant le Quattrocento, qui deviennent subitement caducs, la fin de cet « homme universel » de la Renaissance, à la fois artiste, conquérant et savant. Tout cela se transforme en crise religieuse, guerres, massacres insoutenables. L'espoir lié à la pensée de Savonarole disparaît, et déjà se dessine la Contre Réforme, avec ses tribunaux, sa propagande. Michel Ange se trouve au centre de cet ouragan de forces et de tensions dramatiques. Son caractère, l'impact des vicissitudes personnelles ne pouvaient qu'augmenter le sens de la précarité des choses terrestres, voire son pessimisme avoué, profond qui se révèle dans le décor de la voûte et surtout, après 20 ans d’interruption, la fresque du Jugement.

Le jugement dernier, détail : les élus. La figure barbue est sans doute Moïse ou Adam. 1537-1541. Fresque, Chapelle Sixtine, Vatican
Le jugement dernier, détail : les élus. La figure barbue est sans doute Moïse ou Adam. 1537-1541. Fresque, Chapelle Sixtine, Vatican

Un trait fondamental caractérise la « philosophie » des fresques de la voûte : le fidèle qui entre dans la chapelle va du profane vers le sacré, du péché origine et de la chute vers la création et la transcendance absolue de Dieu. Il se dirige vers la lumière, vers l'Etre Suprême, abandonnant le domaine terrestre de l'ivresse de Noé pour contempler l'espace éthéré de Dieu le Père, seul, créant la Lumière. Progression qui libère du poids matériel des contingences d'ici-bas et fait glisser vers la sphère céleste. L'existence de cette progression semble confirmée par l'attitude des deux prophètes qui se trouvent aux deux extrémités. Zacharie, proche de la porte d'entrée, est montré dans une pose sereine, presque quotidienne, alors que Jonas, qui achève le cycle du côté opposé, près de Dieu le Père, se tourne vers le ciel, comme habité par une fureur divine, sorte d'extase contemplative qui anime et tord son corps musclé, en l'orientant vers Dieu, confirmation d'un chemin conduisant de la méditation à la révélation.

Daniele de Volterra : buste de Michel Ange. Bronze. Paris, musée du Louvre
Daniele de Volterra : buste de Michel Ange. Bronze. Paris, musée du Louvre

Pour mieux pénétrer dans l'extraordinaire complexité de la chapelle Sixtine il est nécessaire de tenir compte des rapports tourmentés que Michel Ange entretient avec la religion, expérience intense, mais déchirante, qui ne lui apportera jamais la sérénité, l'apaisement, l'espoir. Celui qui avait écrit à son frère « Je n'ai point d'amis, et je n'en veux pas », exprime à maintes reprises son profond pessimisme dans ses écrits.

Figure à part dans l'histoire de la peinture, Michel Ange est un des tout premiers artistes à s’isoler volontairement. Il refuse les honneurs, presque hostile au milieu social qui le sollicite. Replié sur son univers, se méfiant du pouvoir et du cortège d'intrigues qui l'accompagnent, il se sent profondément attiré par le message divin, qu'il conçoit comme étant réservé à lui seul. Pour s'en imprégner, il se sent obligé de choisir la solitude et la méditation poétique. Il doute du salut éternel, vit reclus, modestement malgré la fortune accumulée, hautain, tourmenté par l'idée de la mort. A l’opposé du brillant et courtisé Raphaël, il chercher, seul, un sens figuré et spirituel en créant dans la douleur ce chef d’œuvre universel de l’art que représente la chapelle Sixtine.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre PrécédentChapitre suivant >>>

Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)