B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

LÂ’art roman en France

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

1.2. Architecture

Les origines : la première moitié du XIè
Les caractéristiques communes
Les monuments français
Les écoles européennes

1.2.3. Les monuments français

Carte du Midi roman
Carte du Midi roman

1.2.3.1. Catalogne et nord de la Méditerranée

C’est dans cette région qu’apparaissent les premières églises basilicales entièrement voûtées : Sainte Marie d'Amer (949), Sainte Cécile de Montserrat (957), Saint Martin du Canigou (1009 et 1026), Vernet les Bains, Quarante (1063), Saint Guilhem Le Désert (1076).

Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : l’abbaye
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : l’abbaye
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : la tour
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : la tour
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : l’église inférieure
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : l’église inférieure
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : l’église inférieure
Saint Martin du Canigou (Pyrénées Orientales) : l’église inférieure
Saint Guilhem le Désert. Vue générale
Saint Guilhem le Désert. Vue générale
Saint Guilhem le DĂ©sert. Le chevet et ses bandes lombardes
Saint Guilhem le DĂ©sert. Le chevet et ses bandes lombardes
Saint Guilhem le DĂ©sert. La nef centrale
Saint Guilhem le DĂ©sert. La nef centrale
L’abbaye sainte Marie de Quarante : élévation de la nef
L’abbaye sainte Marie de Quarante : élévation de la nef
L’abbaye sainte Marie de Quarante : bas côté voûté d’arêtes
L’abbaye sainte Marie de Quarante : bas côté voûté d’arêtes

Le monument le plus significatif est sans doute l'abbatiale Saint Michel de Cuxa consacrée en 975 et dont la crypte et le haut clocher sont dus à l'abbé Oliba (1012-1047).

En même temps, apparaît la coupole, comme à Saint Cugat de Salon (1012) ou à l’église du Monastère de Ripoll (1040).

Saint Michel de Cuxa: vue générale
Saint Michel de Cuxa: vue générale
Saint Michel de Cuxa: le cloître et l’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: le cloître et l’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: bas côté de l’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: bas côté de l’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: la tour lÂ’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: la tour lÂ’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: bas coté de l’abbatiale
Saint Michel de Cuxa: bas coté de l’abbatiale
Saint Michel de Cuxa : l’abbatiale : le cloître, portail d’entrée de la galerie est
Saint Michel de Cuxa : l’abbatiale : le cloître, portail d’entrée de la galerie est
Saint Michel de Cuxa : chapiteau du cloître emporté par les Américains. New York, Cloisters
Saint Michel de Cuxa : chapiteau du cloître emporté par les Américains. New York, Cloisters

Puis les constructions de ce type gagnent peu à peu tout le sud est comme l’église de la Madone del Poggio à Saorge (Alpes Maritimes), la cathédrale de Vence, la cathédrale de Vaison, la crypte de la cathédrale d'Apt, la cathédrale de Moûtiers et Saint-Martin d'Aime en Savoie.

Eglise de la Madone del Poggio Ă  Saorge en Alpes Maritimes. Le chevet
Eglise de la Madone del Poggio Ă  Saorge en Alpes Maritimes. Le chevet
Eglise de la Madone del Poggio Ă  Saorge en Alpes Maritimes. Arcatures aveugles
Eglise de la Madone del Poggio Ă  Saorge en Alpes Maritimes. Arcatures aveugles
Vaison la Romaine (Vaucluse) : la cathédrale Notre Dame de Nazareth. Massif occidental
Vaison la Romaine (Vaucluse) : la cathédrale Notre Dame de Nazareth. Massif occidental
Vaison la Romaine (Vaucluse) : la cathédrale Notre Dame de Nazareth. La nef et le bas côté nord avec sa voûte rampante
Vaison la Romaine (Vaucluse) : la cathédrale Notre Dame de Nazareth. La nef et le bas côté nord avec sa voûte rampante
Aime en Savoie, la basilique saint Martin, IXè siècle
Aime en Savoie, la basilique saint Martin, IXè siècle
Apt. La cathĂ©drale Sainte Anne. ElevĂ©e en 1050, elle a Ă©tĂ© transformĂ©e Ă  plusieurs reprises au XIIè, au XIVè et surtout au XVIIè siècles. D’après les historiens, elle fut tout d’abord le premier lieu de rencontre des chrĂ©tiens au IIIè et au IVè siècles
Apt. La cathédrale Sainte Anne. Elevée en 1050, elle a été transformée à plusieurs reprises au XIIè, au XIVè et surtout au XVIIè siècles. D'après les historiens, elle fut tout d'abord le premier lieu de rencontre des chrétiens au IIIè et au IVè siècles

1.2.3.2. Bourgogne

  • En Mâconnais, les Ă©glises de Cluny I (916) et Cluny II (980-1000) ont Ă©tĂ© dĂ©truites ; Sainte BĂ©nigne de Dijon (1018) conserve un Ă©tage de la rotonde Ă©chappĂ© au pic des dĂ©molisseurs, car l'Ă©glise sera reconstruite dès le XIè siècle. A Châtillon-sur-Seine, Saint Vorles garde une disposition frĂ©quente en RhĂ©nanie : deux transepts, l'un en avant du chÂśur l'autre Ă  l'extrĂ©mitĂ© occidentale de la nef.
  • Abbatiale sainte BĂ©nigne de Dijon : restitution de lÂ’abbatiale et de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : restitution de l’abbatiale et de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, partie basse de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, partie basse de la rotonde de Guillaume de Volpiano
  • A Auxerre, la crypte de la cathĂ©drale commencĂ©e en 1035 est bâtie rapidement, le chÂśur qui la surmonte est consacrĂ© en 1057 ; on peut la rapprocher de la crypte occidentale de la cathĂ©drale de Nevers construite en mĂŞme temps ; les Ă©vĂŞques d'Auxerre et de Nevers Ă©taient frères. Leur famille possĂ©dait le monastère Saint Etienne Ă  Nevers ; l'Ă©vĂŞque et sa parentĂ© le donnèrent Ă  Cluny qui, avec l'aide du comte de Nevers, fit Ă©difier aussitĂ´t la magnifique Ă©glise très homogène qui existe encore.
  • Structure gĂ©nĂ©rale dÂ’une Ă©glise romane de type basilical. Ici, saint Etienne de Nevers, autre vue
    Structure générale d’une église romane de type basilical. Ici, saint Etienne de Nevers, autre vue
    Coupe d’une église romane de plan basilical : ici une église à tribunes, saint Etienne de Nevers
    Coupe d’une église romane de plan basilical : ici une église à tribunes, saint Etienne de Nevers
  • Saint Philibert de Tournus (Nef et chevet 1066-1119), de dimensions considĂ©rables, aux dispositions originales, est l'un des monuments les plus intĂ©ressants de cette première moitiĂ© du XIe siècle avec une particularitĂ© rare : une couverture de berceaux transversaux sur la nef centrale.
  • Tournus (SaĂ´ne et Loire) : abbatiale saint Philibert. Vue gĂ©nĂ©rale
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Vue générale
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. La façade occidentale ; détail de l’appareil et du décor
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. La façade occidentale ; détail de l’appareil et du décor
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Le chevet et la tour de croisée
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Le chevet et la tour de croisée
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Voûte de la nef centrale de la chapelle saint Michel à l’étage du narthex
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Voûte de la nef centrale de la chapelle saint Michel à l’étage du narthex
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Voûte de la nef centrale à berceaux transversaux.
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Voûte de la nef centrale à berceaux transversaux.
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Vue du collatéral nord vers la nef.
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Vue du collatéral nord vers la nef.
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Vue du collatéral nord vers la nef.
    Tournus (Saône et Loire) : abbatiale saint Philibert. Vue du collatéral nord vers la nef.
  • A Sainte BĂ©nigne de Dijon (1018) on conserve le type oriental du « martyrium » de plan central au chevet de la basilique.
  • Abbatiale sainte BĂ©nigne de Dijon : restitution de lÂ’abbatiale et de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : restitution de l’abbatiale et de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, partie basse de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, partie basse de la rotonde de Guillaume de Volpiano
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, le tympan, le scriptorium des moines et un chapiteau de la rotonde
    Abbatiale sainte Bénigne de Dijon : la crypte, le tympan, le scriptorium des moines et un chapiteau de la rotonde
  • Dans la vallĂ©e de la SaĂ´ne, les petites Ă©glises de Farges, Mussy, Uchizy, et Chapaize sont de vĂ©ritables bijouxÂ…
Farges lès Mâcon (Saône et Loire) : l’église saint <a class=Barth'>Barthélemy. Photos d’avant la restauration'>
Farges lès Mâcon (Saône et Loire) : l’église saint Barth'>Barthélemy. Photos d’avant la restauration
Farges lès Mâcon (Saône et Loire) : l’église saint <a class=Barth'>Barthélemy. L’intérieur après restauration'>
Farges lès Mâcon (Saône et Loire) : l’église saint Barth'>Barthélemy. L’intérieur après restauration
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin. La nef
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin. La nef
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin. La nef
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin. La nef
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin. La nef
Chapaize (Saône et Loire) : l’église paroissiale saint Martin. La nef

1.2.3.3. Bassin de la Loire

  • Les Ă©difices les plus remarquables sont Saint Martin de Tours : non pas l'Ă©difice construit après l'incendie de 903, mais celui du trĂ©sorier HervĂ© de Buzançais (970-1014), grande Ă©glise couverte de charpente, Ă©clairĂ©e par de hautes fenĂŞtres, qui allait recevoir voĂ»tes et tribunes au dĂ©but du XIIè siècle et dont le plan et les dispositions se retrouveront dans les sanctuaires les plus cĂ©lèbres de l'Occident.
  • Saint BenoĂ®t sur Loire (Loiret) : abbaye saint Fleury. Le chevet, dĂ©tail
    Saint Benoît sur Loire (Loiret) : abbaye saint Fleury. Le chevet, détail
  • Saint Savin sur Gartempe est une Ă©glise unique par ses magnifiques fresques ; lÂ’Ă©glise Saint Jean de Montierneuf Ă  Poitiers (1069-1087) ; le chÂśur de Saint BenoĂ®t sur Loire par l'abbĂ© Gauzlin (1005-1030).
  • Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : lÂ’Ă©glise abbatiale, le chevet
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, le chevet
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, la nef. Vue vers le chœur
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, la nef. Vue vers le chœur
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, le déambulatoire
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, le déambulatoire
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, la nef
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, la nef
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, la voûte et ses fresques
    Saint Savin sur Gartempe (Vienne) : l’église abbatiale, la voûte et ses fresques
  • A Chartres la vaste crypte de la cathĂ©drale est celle de la cathĂ©drale de Fulbert, achevĂ©e en 1024 ; de mĂŞme Ă  OrlĂ©ans la crypte de Saint-Aignan, construite avant 1030 sur les ordres du roi Robert ; en Anjou, le cĂ©lèbre comte Foulques Nerra, fait construire lÂ’abbatiale de Beaulieu les Loches, consacrĂ©e en 1007 (vestiges), agrandir la vieille Ă©glise carolingienne de Saint-Martin (entre 1012 et 1020) Ă  Angers (coupole de croisĂ©e en tuffeau lĂ©ger d'Anjou, l'une des plus anciennes) et fonde en 1028 l'abbaye du Ronceray (ruines de lÂ’Ă©glise et crypte).
  • Dans la mĂŞme rĂ©gion Saint Jean-Baptiste de Château Gontier (ruines de lÂ’ossature romane), les deux Ă©glises de Saint GildĂ©ric et Saint Genest de Lavardin (milieu du XIè siècle), le transept de l'abbaye de la TrinitĂ© Ă  VendĂ´me fondĂ©e par Geoffroi Martel, fils de Foulques Nerra, peu après 1032), Saint Etienne de Beaugency simple Ă©glise Ă  nef unique construite vers 1045, Ă©glise de Reignac, Saint Jean Baptiste de Langeais, Saint Mexme de Chinon, Cormery (1054)Â…
  • Château Gontier (Mayenne) : Ă©glise saint Jean Baptiste
    Château Gontier (Mayenne) : église saint Jean Baptiste
    Château Gontier (Mayenne) : église saint Jean Baptiste. La nef
    Château Gontier (Mayenne) : église saint Jean Baptiste. La nef
    Beaugency, église abbatiale Notre Dame : l’abside
    Beaugency, église abbatiale Notre Dame : l’abside
  • En Poitou, Ă  Charroux, un « martyrium » de plan central est enchâssĂ© entre la nef et le chÂśur Ă  la croisĂ©e du transept (avant 1050). En Berry, Ă  Neuvy-Saint-SĂ©pulcre, la rotonde encore subsistante est construite « suivant la forme du Saint-SĂ©pulcre » (vers 1045).
Charroux, abbaye bénédictine de Saint Sauveur. La tour centrale
Charroux, abbaye bénédictine de Saint Sauveur. La tour centrale
Charroux, abbaye bénédictine de Saint Sauveur. La tour centrale : chapiteaux
Charroux, abbaye bénédictine de Saint Sauveur. La tour centrale : chapiteaux
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique. La rotonde centrale
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique. La rotonde centrale
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique. Chapiteaux
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique. Chapiteaux
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique. Chapiteaux
Neuvy-Saint-Sépulcre (Indre) : la basilique. Chapiteaux

1.2.3.4. La Normandie

Carte de la Normandie romane
Carte de la Normandie romane

En Normandie, les ducs ont à cœur de réparer les désastres causés par leurs aïeux et furent les bienfaiteurs des grandes abbayes. Dans cette région aussi, l'art carolingien poursuit sa carrière dans de grands édifices couverts d'une charpente apparente ou de plafonds, avec large nef à collatéraux, fenêtres donnant une lumière abondante, tour à la croisée, clocher-porche à l'ouest, transept développé sur lequel ouvrent des chapelles, et vaste chœur déjà parfois à déambulatoire et chapelles rayonnantes.

  • Dès 940 Guillaume « Longue EpĂ©e », le fils de Rollon, entreprend la restauration de Jumièges (Ă©glise Saint Pierre dont subsistent deux travĂ©es et la façade ouest) mais les travaux de lÂ’Ă©glise Notre Dame ne dĂ©butent qu'en 1020 et la dĂ©dicace a lieu en 1067.
  • Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Façade occidentale
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Façade occidentale
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Vue générale
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Vue générale
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Vue générale
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Vue générale
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Elévation de la croisée
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Elévation de la croisée
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Bas-côté
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Bas-côté
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Elévation du transept
    Jumièges (Seine Maritime) : abbatiale Notre Dame. Elévation du transept
  • Bernay est fondĂ©e par le duc Richard II et sa femme Judith de Bretagne : l'abbatiale s'Ă©lève entre 1013 et 1060. A la suite du mariage de ce couple princier au Mont Saint Michel, l'Ă©glise du lieu est reconstruite et il en reste le cĂ´tĂ© sud (1023-1063).
  • Bernay, lÂ’Ă©glise romane : croisĂ©e et bas-cĂ´tĂ© voĂ»tĂ© de coupoles
    Bernay, l’église romane : croisée et bas-côté voûté de coupoles
    Bernay, l’église romane Notre Dame : nef avec abside et bas-côté
    Bernay, l’église romane Notre Dame : nef avec abside et bas-côté
    Bernay, l’église romane Notre Dame : élévation de la nef
    Bernay, l’église romane Notre Dame : élévation de la nef
    Bernay, l’église romane Notre Dame : croisée du transept
    Bernay, l’église romane Notre Dame : croisée du transept
  • A Cerisy la ForĂŞt (après 1030-1050) enrichie de reliques insignes par le duc Robert et son fils, le futur ConquĂ©rant, se dresse encore l'Ă©difice dont le plan connaĂ®tra un grand succès en Normandie Ă  la fin du siècle : nef flanquĂ©e de bas-cĂ´tĂ©s, absidioles sur les bras du transept, chÂśur dont les collatĂ©raux prolongent les travĂ©es droites et se terminent par un chevet plat.
  • Cerisy la ForĂŞt (Manche) : lÂ’abbaye saint Vigor
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor. Extérieur sud
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor. Extérieur sud
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor. La nef
    Cerisy la Forêt (Manche) : l’abbaye saint Vigor. La nef
  • A la fin du XIè, le roman sÂ’est Ă©panoui et a presque achevĂ© sa course en Normandie, pour commencer une nouvelle carrière en Angleterre après Hastings (1066) oĂą il produira encore de magnifiques chefs dÂ’Âśuvre. Après les premiers Ă©difices, son construites les abbayes de Saint Ouen de Rouen (1060), Saint Etienne de Caen (1077), FĂ©camp (1099) et les cathĂ©drales de Coutances (1061), Bayeux (1077), Evreux (1076), toutes « revisitĂ©es » par le gothiqueÂ…
Caen, abbaye saint Etienne ou « abbaye aux Hommes »
Caen, abbaye saint Etienne ou « abbaye aux Hommes »
Caen, abbaye saint Etienne ou « abbaye aux Hommes ». La nef centrale
Caen, abbaye saint Etienne ou « abbaye aux Hommes ». La nef centrale
Fécamp : l’abbaye de la Trinité : la nef
Fécamp : l’abbaye de la Trinité : la nef
Cathédrale Notre Dame de Coutances. La croisée du transept et la nef
Cathédrale Notre Dame de Coutances. La croisée du transept et la nef
Bayeux, la cathédrale Notre Dame : la nef romane
Bayeux, la cathédrale Notre Dame : la nef romane
Bayeux, la cathédrale Notre Dame : la nef romane
Bayeux, la cathédrale Notre Dame : la nef romane
Evreux, cathédrale : les grandes arcades romanes de la nef
Evreux, cathédrale : les grandes arcades romanes de la nef
Evreux, cathédrale : les grandes arcades romanes de la nef
Evreux, cathédrale : les grandes arcades romanes de la nef

1.2.3.5. Ile de France

En Ile-de-France, le monument le plus important est le clocher porche de Saint Germain des Prés (1005-1010) à Paris ; l'église Notre-Dame de Château Landon conserve avec sa façade ouest une partie de sa nef du XIè siècle (avant 1050) et, peut-être un peu postérieure à cette date, l'église de Presles, non loin de Laon.

Paris : Saint Germain des Prés : la tour romane
Paris : Saint Germain des Prés : la tour romane
Paris : Saint Germain des Prés : la tour romane
Paris : Saint Germain des Prés : la tour romane
Paris : Saint Germain des Prés : chapiteau de la nef
Paris : Saint Germain des Prés : chapiteau de la nef
Château Landon (Seine et Marne) : église Notre Dame
Château Landon (Seine et Marne) : église Notre Dame
Château Landon (Seine et Marne) : église Notre Dame. L’abside
Château Landon (Seine et Marne) : église Notre Dame. L’abside
Château Landon (Seine et Marne) : église Notre Dame. La nef
Château Landon (Seine et Marne) : église Notre Dame. La nef
Presles (Aisne) : église saint Georges. Le chevet
Presles (Aisne) : église saint Georges. Le chevet
Presles (Aisne) : église saint Georges. L’intérieur
Presles (Aisne) : église saint Georges. L’intérieur

1.2.3.6. Est

En Champagne, Saint Remi de Reims avec sa nef monumentale aux piliers composés d'un faisceau de colonnettes engagées autour d'un noyau rond, son transept à collatéral, ses sculptures en stuc, rappelle au moins autant les monuments de la Loire que ceux de l'Empire. La nef, renforcée à la fin du XIIè siècle pour porter des voûtes d'ogives, était auparavant couverte d'une charpente ; les collatéraux sont surmontés de tribunes et ouvrent sur la nef par des baies géminées prises sous un arc de décharge en plein cintre comme les grandes arcades ; au-dessus était percée une étroite fenêtre. Cette nef fut construite par l'abbé Thierry en 1039, et consacrée en 1049 ainsi que le transept, sur l'emplacement de l'église carolingienne ; au chœur étroit fut substitué un ample chevet gothique dans la seconde moitié du XIIè siècle.

Reims : basilique saint Remi : la façade
Reims : basilique saint Remi : la façade
Reims : basilique saint Remi : la nef
Reims : basilique saint Remi : la nef

L’art ottonien reste encore très vivant, particulièrement à Montier-en-Der consacrée en 998, dont subsiste la nef (chœur gothique), et Vignory dont la nef couverte d'une charpente et flanquée de collatéraux est construite entre 1032 et 1049. Au dessus des grandes arcades en plein cintre portées par des piliers carrés, renforcés de colonnes aux deux dernières travées, est percée une claire-voie donnant sur les collatéraux. Un peu plus récent, le chœur à déambulatoire sur lequel ouvrent trois chapelles rayonnantes, date de 1052.

Montier en Der (Haute Marne) : abbatiale saints Pierre et Paul. Le chevet
Montier en Der (Haute Marne) : abbatiale saints Pierre et Paul. Le chevet
Montier en Der (Haute Marne) : abbatiale saints Pierre et Paul. Elévation de la nef
Montier en Der (Haute Marne) : abbatiale saints Pierre et Paul. Elévation de la nef
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne. La nef : élévation et claire voie
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne. La nef : élévation et claire voie
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne. Chœur et déambulatoire
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne. Chœur et déambulatoire
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne. Chapiteau
Vignory (Haute Marne) : l’église saint Etienne. Chapiteau

En Alsace, l'évêque Wernher commence en 1015 les travaux de sa cathédrale qui se poursuivent jusqu'après 1050 Il en reste la crypte remaniée au siècle suivant. A Ottmarsheim, l’édifice de plan octogonal inspiré par la chapelle palatine de Charlemagne à Aix-la-Chapelle, avec des tribunes sur les collatéraux, est consacré en 1049.

Ottmarsheim: la rotonde carolingienne
Ottmarsheim: la rotonde carolingienne
Ottmarsheim: la rotonde carolingienne
Ottmarsheim: la rotonde carolingienne
Ottmarsheim: l’intérieur
Ottmarsheim: l’intérieur
Ottmarsheim: l’intérieur
Ottmarsheim: l’intérieur

1.2.3.7. Franche Comté

Comme dans l'Est et en Rhénanie, les églises franc-comtoises ont des nefs couvertes de charpentes montées sur des murs légers, percés de fenêtres étroites. Ces murs portent, sans l'intermédiaire de chapiteaux ou de tailloirs (sauf à Gigny), sur des piliers octogones ou circulaires, carrés ou rectangulaires. Les voûtes n'apparaissent que plus tard. Le chœur triple et allongé est voûté en berceau et terminé par trois absides sous cul-de-four. Une coupole se dresse souvent au carré du transept très saillant.

Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Nef et bas côté
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Nef et bas côté
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Nef
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Nef
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Le chœur
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Le chœur
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Le portail
Gigny (Jura) : ancienne église abbatiale saint Taurin. Le portail

Les églises de Gigny (930) et de Baume-les-Messieurs (980) sont déjà célèbres au Xè siècle, car elles contribuent à la fondation de Cluny ; Saint Désiré de Lons-le-Saunier, Faverney, Romainmôtier (en Suisse) et Saint Hymetière sont de la seconde moitié du XIè. A la fin du XIè siècle, un groupe d'églises franc-comtoises s'apparente aux bourguignonnes du premier art roman : Farges, Chapaize.

Lons le Saunier (Jura) : église saint Désiré
Lons le Saunier (Jura) : église saint Désiré
Lons le Saunier (Jura) : église saint Désiré. Collatéral nord et crypte
Lons le Saunier (Jura) : église saint Désiré. Collatéral nord et crypte
Saint Hymetière (Jura) : l’église. Façade et flanc nord
Saint Hymetière (Jura) : l’église. Façade et flanc nord
Saint Hymetière (Jura) : l’église. La nef
Saint Hymetière (Jura) : l’église. La nef
Saint Hymetière (Jura) : l’église. Le chœur
Saint Hymetière (Jura) : l’église. Le chœur
Saint Hymetière (Jura) : l’église. Bas côté sud et abside.
Saint Hymetière (Jura) : l’église. Bas côté sud et abside.
Romainmôtier : vue générale de l’abbatiale
Romainmôtier : vue générale de l’abbatiale
Romainmôtier : vue générale de l’abbatiale
Romainmôtier : vue générale de l’abbatiale
Romainmôtier : nef centrale et bas côté de l’abbatiale
Romainmôtier : nef centrale et bas côté de l’abbatiale
Romainmôtier : bras du transept de l’abbatiale
Romainmôtier : bras du transept de l’abbatiale

1.2.3.8. Massif Central

En Forez, les premiers édifices romans son ceux de Pommiers et de Saint Romain le Puy bâti au sommet d'un piton volcanique.

Pommiers en Forez (Haute Loire) : prieuré sainte Prève
Pommiers en Forez (Haute Loire) : prieuré sainte Prève
Pommiers en Forez (Haute Loire) : prieuré sainte Prève. La nef
Pommiers en Forez (Haute Loire) : prieuré sainte Prève. La nef
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain. L’abside
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain. L’abside
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain. L’abside. Détail de l’appareillage
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain. L’abside. Détail de l’appareillage
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain. L’abside. La nef
Saint Romain le Puy (Loire) : le prieuré saint Romain. L’abside. La nef

1.2.3.9. Aquitaine

L'Aquitaine connaît aussi le renouveau de l'an mille à Nouaillé, Saint-Hilaire de Poitiers (Basilique ruinée par les Normands, reconstruite et consacrée en 1049 ; restes du transept et du clocher), Saint Pierre de Lesterps (vers 1050) et Cellefrouin (1060).

Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. Flanc nord
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. Flanc nord
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. Vue de la nef vers le chœur
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. Vue de la nef vers le chœur
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. La tour de croisée
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. La tour de croisée
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. Chapiteaux
Nouaillé Maupertuis (Vienne) : abbaye Saint Junien. Chapiteaux
Poitiers (Vienne) : saint Hilaire. Le chevet
Poitiers (Vienne) : saint Hilaire. Le chevet
Lesterps (Charente) : église saint Pierre
Lesterps (Charente) : église saint Pierre
Lesterps (Charente) : église saint Pierre. La nef
Lesterps (Charente) : église saint Pierre. La nef
Lesterps (Charente) : église saint Pierre. Le porche ou galilée
Lesterps (Charente) : église saint Pierre. Le porche ou galilée

1.2.3.10. Les églises de pèlerinage

Le type église de pèlerinage (voûte en berceau sur doubleaux, tribunes sur bas-côtés, déambulatoire et absidioles) apparaît à la fin du siècle : Sainte Foy de Conques (1065), Saint Martial de Limoges (1093), Saint Etienne de Nevers (1097).

Conques en Aveyron : Sainte Foy, vue générale
Conques en Aveyron : Sainte Foy, vue générale
Conques en Aveyron : Sainte Foy, la façade de l’abbatiale
Conques en Aveyron : Sainte Foy, la façade de l’abbatiale
Conques en Aveyron : Sainte Foy, l’intérieur de l’abbatiale
Conques en Aveyron : Sainte Foy, l’intérieur de l’abbatiale
Conques en Aveyron : Sainte Foy, l’intérieur de l’abbatiale. La croisée et les tribunes
Conques en Aveyron : Sainte Foy, l’intérieur de l’abbatiale. La croisée et les tribunes
Conques en Aveyron : Sainte Foy, l’intérieur de l’abbatiale. Elévation de la nef, coté nord
Conques en Aveyron : Sainte Foy, l’intérieur de l’abbatiale. Elévation de la nef, coté nord
Conques: Sainte Foy, le tympan : partie gauche : les élus sur deux registres
Conques: Sainte Foy, le tympan : partie gauche : les élus sur deux registres
Conques: Sainte Foy : chapiteaux de l’abbatiale
Conques: Sainte Foy : chapiteaux de l’abbatiale
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)