B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

STOSKOPFF SĂ©bastien

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

2. Une longue Ă©clipse

Stoskopff Sébastien : Nature morte au réchaud, fruits, huîtres et pâté. Huile sur bois, 54,5 x 64cm. Collection privée. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Nature morte au réchaud, fruits, huîtres et pâté. Huile sur bois, 54,5 x 64cm. Collection privée. (Histoire de l’art)
Bien que Sébastien Stoskopff ait été un maître très apprécié de son vivant et que ses œuvres garnissaient aux XVIIè et XVIIIè de grandes collections (Cabinent du Roi, palais Cardinal, galeries impériales de Vienne et de Prague), il tombe rapidement dans un oubli total et bientôt ne reste lui qu’un court passage dans la « Teutscher Academie » de Sandrart.

Stoskopff Sébastien : Nature morte aux verres vides. 1644. Huile sur toile, 86,4 x 109,9cm. The Norton Simon Foundation. (Histoire de l’art)
Stoskopff Sébastien : Nature morte aux verres vides. 1644. Huile sur toile, 86,4 x 109,9cm. The Norton Simon Foundation. (Histoire de l’art)
Il n’est redécouvert qu’à partir des années 1930 grâce aux travaux de l’abbé Joseph Brauner, archiviste et bibliothécaire de la ville de Strasbourg, et à ceux de Hans Haug, directeur des Musées de Strasbourg avant et après la seconde guerre mondiale, qui publie de nombreuses études sur le peintre jusqu’en 1965. Pour Haug, Stoskopff est un peintre « hautement alsacien » qui a su intégrer les diverses influences lors de ses voyages et a porté son art à son apogée lors de sa « période strasbourgeoise »… Il est, avant Jean Baptiste Siméon Chardin (1699–1779), le maître incontesté de la nature morte française. Un autre grand spécialiste, Charles Sterling voit en lui le premier spécialiste français du genre qui se soit ouvert aux influences de la peinture néerlandaise de nature morte. Les recherches de Michel Faré dans les années 1960 se concrétisent surtout autour de la période parisienne de l’artiste, alors que celles de Gerhard Bott et de Wolfgang J. Müller se portent plus sur les influences germaniques de Hesse.

Diverses expositions permettent enfin de redécouvrir le peintre, comme celle d’Idstein en 1987, celle de Frankfort en 1993-1994 et surtout celles de Strasbourg et d’Aix en 1997 à l’occasion du 400è anniversaire de la naissance de Stoskopff.

La monographie la plus complète sur Stoskopff est actuellement celle de Birgit Hahn-Woernle, parue en 1996 : « Sebastian Stoskopff. Mit einem kritischen Werkverzeichnis der Gemälde. » Stuttgart.

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
La tunisie, villes, villages, sites antiques...le guide!
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scčne internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues ŕ vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)