B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Auschwitz, camp de concentration nazi

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

4.2. Les détenus

Arrestation et internement
Transport
RĂ©ception et immatriculation
Les triangles
Nationalités
La quarantaine

4.2.4. Les triangles

Surveiller de près un aussi immense complexe comprenant des milliers de « Häfltlinge » est impossibles pour les seuls SS ; aussi inventent-ils un système diabolique qui leur évite les lon,gs contrôles, les surveillances, les interventions à l’intérieur du camp pour faire respecter l’ordre : il s’agit de diviser pour régner, de dresser les prisonniers les un contre les autres, donc de les identifier et de les « catégoriser » clairement en créant une hiérarchie de détenus et en confiant la gestion interne du camp et des baraques aux plus vils d’entre eux, avec droit de vie et de mort sur leurs compagnons de misère…

A Auschwitz, outre les tatouages, on distingue les diverses catégories de prisonniers à la couleur du triangle qu'ils portent sur leur « rayé ». Au début, ces triangles sont cousus à part, mais par la suite ils sont peints à côté du numéro sur un morceau de toile rectangulaire. Sur le triangle de couleur variable est inscrite l’initiale du pays d’origine du détenu : « P » pour Pologne, « F » pour France… (les Allemands ne sont pas concernés).

Les marques des détenus du camp de concentration
Les marques des détenus du camp de concentration
  • Le « triangle vert » dĂ©signe les dĂ©tenus « criminels professionnels » de droit commun (« Berufsverbrecher » - BV), groupe relativement restreint de prisonniers presque exclusivement de nationalitĂ© allemande, qui fournissent lÂ’encadrement direct des prisonniers aux ordres des SS et leurs collaborateurs le plus souvent très zĂ©lĂ©s : ce sont les fameux «Kapos». Les « verts » deviennent rapidement la terreur des autres prisonniers, profitant un maximum de la fonction que les SS leur confient pour s'installer commodĂ©ment au camp. Quelques-uns entretiennent des relations assez intimes avec les SS qui occupent des postes importants dans l'appareil de direction du camp (par exemple le SS-RaportfĂĽhrer Gerhard Palitzsch). C'Ă©tait surtout le cas du groupe des 30 prisonniers allemands de droit commun, emmenĂ©s du KL Sachsenhausen le 20 mai 1940 et du groupe suivant de 100 dĂ©tenus venus du mĂŞme camp le 29 aoĂ»t 1940. Ces prisonniers accomplissent avec zèle les tâches qu'on leur confie, devenant ainsi l'instrument de l'activitĂ© criminelle des SS.
  • Le « triangle rouge » dĂ©signe les prisonniers politiques victimes de « l'arrestation prĂ©ventive » (Schutzhäftling). Jusqu'en 1944, cÂ’est la catĂ©gorie la plus nombreuse de prisonniers, catĂ©gorie dans laquelle dominent les Polonais : rĂ©sistants, personnes arrĂŞtĂ©es sans motif valable, paysans et enfants des environs de Zamosc (fin 1942), habitants de Varsovie amenĂ©s après lÂ’insurrection de la villeÂ… Les Russe sont aussi nombreux dans cette catĂ©gorie (femmes et enfants de la rĂ©gion de Minsk et Vitebsk en 1943Â…)
    Rouge est aussi la couleur du clergé catholique, en majorité des prêtres et des religieux polonais. Une grande partie d’entre eux sera transférée dans le « Bolck des prêtres » du camp de Dachau dont peu reviendront.
  • le « triangle noir » dĂ©signe une catĂ©gorie spĂ©ciale, les dĂ©tenus «asociaux» (« Asoziale » - Aso). La notion « d'asocial » est imprĂ©cise et les autoritĂ©s hitlĂ©riennes lui donnent une acception assez large, comme par exemple les prostituĂ©es (pour la plupart de nationalitĂ© allemande), les Tziganes, les romanichels, les mendiants ou vagabonds, les jeunes en fugueÂ…
  • Les TĂ©moins de JĂ©hovah (« Internationale Bibelforscher Vereinigung » - IBV) sont marquĂ©s du « triangle violet ».
  • Les « triangles roses » sont les homosexuels. Ils sont relativement peu nombreux mais particulièrement maltraitĂ©s, car rejetĂ©s autant par les SS que par la majoritĂ© des autres dĂ©tenus.... LÂ’homosexualitĂ© est dÂ’ailleurs un phĂ©nomène assez frĂ©quent parmi les dĂ©tenus enfermĂ©s depuis de longues annĂ©es, surtout parmi les « droits communs » allemands (BV) qui obligent par la force ou par des promesses les prisonniers qui leur sont subordonnĂ©s Ă  leur cĂ©der.
  • Les prisonniers arrĂŞtĂ©s Ă  titre prĂ©ventif après avoir purgĂ© la peine prononcĂ©e par jugement et qui sont envoyĂ©s au camp de concentration (« Sicherungsverwahrte » - SV, PSV) portent le « triangle vert » placĂ© sur la base.
  • « les prisonniers Ă  rĂ©Ă©duquer » (« Erziehungshäftling ») ne sont pas dĂ©signĂ©s par un triangle, mais uniquement par l'initiale « E » prĂ©cĂ©dant leur numĂ©ro d'immatriculation. En principe, leur place nÂ’est pas dans le camp, mais dans un camp spĂ©cial « Arbeitserziehungslager – AEL ». Cette instruction ne sera naturellement pas respectĂ©e. Ils sont appelĂ©s « coqs » Ă  cause de la raie de cheveux quÂ’on leur laisse sur le haut du crâne pour les identifier immĂ©diatement. Leur sort est particulièrement tragique, et ils sont systĂ©matiquement maltraitĂ©s, de sorte que la majoritĂ© dÂ’entre eux meurt avant la fin de leur peine de principe de 56 jours et leur libĂ©ration. A partir de janvier 1943 ils sont regroupĂ©s dans 4 blocks spĂ©ciaux Ă  Buna-Monowitz, les femmes Ă©tant envoyĂ©es Ă  Birkenau dans le camp des femmes.
  • Les prisonniers de guerre soviĂ©tiques (« Russische Kriegsgefangene » - RKG) sont comptĂ©s dans une catĂ©gorie Ă  part. Ils sont au dĂ©part internĂ©s dans 9 blocks du Stammlager, formant un camp Ă  part (« Russisches Kriegsgefangenen Arbeitslager ») ; mais ils dĂ©pendent des mĂŞmes autoritĂ©s et ne bĂ©nĂ©ficient pas des clauses internationales protĂ©geant les prisonniers de guerre. Ils sont marquĂ©s du signe « SU » (« Sowjet Union »), et en fait sont Ă  Auschwitz pour y ĂŞtre « spĂ©cialement traitĂ©s » (Sonderbehandelt »), cÂ’est-Ă -dire rapidement exĂ©cutĂ©s. Le 3 septembre 1941, 600 dÂ’entre eux servent de cobayes et sont gazĂ©s dÂ’un coup dans la chambre Ă  gaz du « K I »… Et en mars 42 ceux qui sont encore vivants sont transfĂ©rĂ©s Ă  Birkenau.
  • Les Juifs constituent Ă  partir de 1943 le groupe le plus nombreux. Ceux qui ne sont pas immĂ©diatement envoyĂ©s dans les chambres Ă  gaz dès leur arrivĂ©, cÂ’est-Ă -dire les rescapĂ©s des sĂ©lections, « Juifs du travail » sont marquĂ©s d'une Ă©toile Ă  six branches faite de la liaison de deux triangles de couleurs diffĂ©rentes : l'un, jaune qui dĂ©signe le dĂ©portĂ© juif, l'autre de la couleur qui correspond Ă  l'une des catĂ©gories citĂ©es plus haut. Mi 1944, le « triangle jaune » est remplacĂ© par un « rectangle jaune » placĂ© au-dessus du premier triangle.
  • A partir de 1944, une autre catĂ©gorie arrive au KZ : celle dite des « travailleurs civils » (« Zivilarbeiter » - ZA), Russes et Polonais qui ne se prĂŞtent pas Ă  la germanisation (« Russen und nichteindeutschungsfähige Polen »). Cette catĂ©gorie reste cependant très minoritaire.
  • A dater du 12 fĂ©vrier 1943, on garde au KL Auschwitz les prisonniers dits « de police » (« Polizeihäftlinge »-PH) car il n'y a plus de place dans la maison d'arrĂŞt de Myslowice dÂ’Oswiecim. InstallĂ©s tout d'abord Ă  l'Ă©tage du Block 2, puis au rez-de-chaussĂ©e du Block 11, ils n'ont pas de droit de quitter les locaux qui leur sont assignĂ©s. Une fois terminĂ©es l'instruction de leur procès et l'audience (qui durent Ă  peine quelques minutes) du Tribunal d'Exception de la Police (Polizei-Standgericht), les sentences de mort sont exĂ©cutĂ©es sur le champ, et ceux qui sont condamnĂ©s Ă  des peines de prison rejoignent lÂ’effectif « normal » du KZ.
  • Il existe aussi au KZ Auschwitz quelques dĂ©tenus dits « privilĂ©giĂ©s » (« Bevorzugte Häftlinge ») bĂ©nĂ©ficiant dÂ’un rĂ©gime « adouci ». Ainsi Bruno Brodniewicz, criminel allemand de droit commun qui fut pendant des annĂ©es « chef de camp » ou « Lagerältester ».
  • fin 43 les nazis constituent au KZ, parmi les quelques dizaines de prisonniers de nationalitĂ© allemande « une garde du camp » (« Lageraufsicht »). Ces prisonniers ont droit Ă  un local sĂ©parĂ© et portent un brassard spĂ©cial de couleur jaune avec l'inscription « Lageraufsicht ». Ils ont pour tâche de surveiller les brigades de travail des dĂ©tenus (kommandos). En pratique ils ne jouent pas le rĂ´le prĂ©vu car, facilement reconnaissables, dès qu'ils s'approchent, les prisonniers font semblant de travailler Ă  plein rendement.
  • Les dĂ©tenus envoyĂ©s en « compagnie disciplinaire » (« Strafkompanie » - SK) portent un signe distinctif supplĂ©mentaire : un petit cercle de toile noire portĂ© sur la veste. Parmi eux, ceux qui sont jugĂ©s dangereux ou que l'on soupçonne de vouloir s'Ă©vader, sont marquĂ©s d'un cercle rouge auquel on ajoute les initiales « IL » (« Im Lager » - « au camp ») : ils nÂ’ont pas le droit de quitter l'enceinte du camp. et il faut faire particulièrement attention Ă  eux. La « Strafkompagnie » est lÂ’une des pires, et peu de ceux qui en font partie en rĂ©chappent.



Si les casinos ont une histoire passionnante, cela n’explique pas pour autant l’incroyable succès de tous les jeux de casino existants ! Essayez la roulette en ligne ou video poker et vous oublierez vite l’histoire pour ne plus penser qu’au jeu.
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)