B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Nazisme: le camp de concentration de Buchenwald (2ième guerre mondiale 1939-1945)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

7. TĂ©moignages

LÂ’Ă©vacuation par Langbein
Sabotages par Langbein
Le Block 46 par Jean Rousset
Châtiments par E. Kogon
Le Petit Camp par E. Kogon
Les juifs de Rath par E. Kogon
La chienne de Buchenwald par Pfaffenberg
Les homosexuels du block 36 par J. Bartl
Libération et évacuation par E. Kogon
L’arrivée au camp par F. Gadéa
Le Petit Camp par F. Gadéa
Les corvées par F. Gadéa
Le bombardement d’août 44 par F. Gadéa
Kommandos extérieurs par A. Bonifas

7.9. Libération et évacuation par E. Kogon

Déporté autrichien, résistant, catholique, emprisonné sept ans à Buchenwald, Eugène Kogon est l’auteur du rapport le plus complet sur le camp, qu'il rédige immédiatement après la libération de Buchenwald Ce témoignage fait autorité. 

« Pour les quelques rescapés du voyage Buchenwald-Dachau, la question de la liquidation du « Petit Camp » (car c'est bien de cela qu'il s'agit), alors que le « Grand Camp » était particulièrement épargné, reste une énigme, sinon une écharde dans leur mémoire. Il faut rappeler ici que ce sont environ 38.000 détenus qui, entre le 6 et le 10 avril, furent évacués de force alors que bon nombre d'entre eux, éparpillés dans des Kommandos extérieurs, venaient déjà de subir le « rapatriement » vers Buchenwald dans des conditions extrêmement pénibles. »

« Les peuples libres savaient déjà ce que nous endurions et nous, nous roulions vers Dachau. Nous vivions minute après minute entre une vie chancelante et une mort probable. Dans notre wagon, un camarade ne cessait de répéter : « Je vous dis que c'est un convoi d'extermination » et nous eûmes une grande difficulté à le faire taire...

« Le processus de libération du Grand Camp, sans coup férir et sans réels combats à l'intérieur de l'enceinte (et donc l'abandon du camp lui-même par les SS) ne peut s'expliquer que par la politique suivie par la direction souterraine des détenus. Celle-ci avait organisé militairement le Grand Camp. »

« Sous la pression du commandant Pister, le doyen Hans Heiden et son conseil n'ont pu s'opposer ni à l'évacuation du Petit Camp, ni au départ des convois qui quittèrent Buchenwald entre le 6 et le 10 avril 1945, soit jusqu'à 24 heures avant l'arrivée des Américains. Cela nous conduit à nous poser une question : Pourquoi avons-nous été évacués en priorité ? » 

« Les premiers détenus à être recherchés furent les Juifs. Aussi étrange que cela puisse paraître, les SS n'avaient pas sur leur fichier central la liste des Juifs qui, venant des camps de Silésie, étaient arrivés à Buchenwald en février 1945. Le 4 avril à 18 heures, la convocation des Juifs sur la place d'appel pour une évacuation immédiate fut un échec : les intéressés s'étaient réfugiés dans les blocks. Le 5 avril au moment de l'appel, une sélection vigoureuse basée sur la seule « apparence juive » fut réalisée, avec quelques bavures. Certains détenus durent prouver, pantalon baissé, qu'ils n'étaient pas circoncis. La population rassemblée fut parquée et surveillée. Elle partit en convoi le 6 avril. »

« L'heureuse auto-libération du camp par les détenus eux-mêmes n'a été rendue possible que par l'avance intrépide des unités de la 3e Armée américaine et par l'audace du général Patton. En effet, l'avance de cette armée avait été si rapide que début avril elle avait reçu l'ordre de ralentir son élan pour attendre le 11 avril, date fixée pour la grande offensive sur le front ouest. »

« Certes, le commandant SS Pister reçut bien l'ordre de Berlin de vider le camp à l'approche des troupes américaines, mais c'est bien le Comité International qui décida l'évacuation en priorité du Petit Camp. Faut-il en conclure que le Grand Camp (où se trouvaient les chefs de la résistance intérieure) et les bénéficiaires d'un « certain tri » furent épargnés grâce à des tractations avec le commandement du camp ? C'est tant mieux pour les 21 000 camarades qui purent ainsi être libérés dès le 11 avril. Mais que dire des 38.000 sacrifiés qui furent jetés sur les routes et dont le sort n'était que trop prévisible ? « Ils ont été sacrifiés (les 38.000 évacués) pour maintenir intacte la défense du Grand Camp », a avoué un déporté... Un autre, évacué avec le convoi G, a écrit ces terribles lignes : « Je suis d'avis que le Petit Camp a été sacrifié, la direction clandestine étant consciente que faire évacuer les blocks d'invalides 55 et 56 était pratiquement vouer à la mort ces camarades. Les rescapés français du 55 (dont je faisais partie) se comptaient sur les doigts d'une main lorsque la 2ème D.B. de l'armée Patton nous libéra ! ».

« Certes, les brigades armées du Comité de Résistance n'avaient pas la capacité d'agir pour empêcher les transports massifs des derniers jours. Tout au plus ont-elles pu les retarder ou en soustraire quelques camarades. C'est ce qui explique qu'elles n'interviendront que le 11 avril, peu d'heures avant l'arrivée de l'Armée américaine.

« La prise du pouvoir par les « triangle rouge » dans l'administration interne du camp et les clivages qui en ont découlé (aggravés par la création par les SS du Grand et du Petit Camp) expliquent en grande partie ce qui s'est passé à Buchenwald au début d'avril 1945. On s'interrogera sans doute sur le cas de conscience qui ne manqua pas de se poser aux chefs de l'organisation intérieure de résistance chargés de la sélection pour les évacuations massives imposées par les nazis aux abois. » 

« Hermann Pister connaissait l'existence d'une organisation clandestine du Grand Camp. Certes, il savait qu'une rébellion était possible. Mais il semble permis d'affirmer que la masse des « Untermenschen » du Petit Camp servirent, au fil des évacuations, de « boucliers humains », ce qui permit aux insurgés du 11 avril de se manifester en armes et d'accueillir, dans les heures qui suivirent, les soldats américains. 38.000 bagnards de Buchenwald, qui « ne faisaient pas le poids » n'ont donc pu être soustraits à la sauvagerie démente des SS. Leur destin si tragique appelle sans doute un peu de retenue et moins de triomphalisme lorsqu'on célèbre l'auto-libération de Buchenwald. Pour les survivants de ces « convois de la mort », le mois d'avril 1945 ne sera jamais le souvenir d'une victoire, tant ils garderont en mémoire trop de visions d'horreur, trop de visages de camarades ou d'inconnus que leurs familles ont attendu en vain... »

Eugen Kogon. « L'Etat SS » Collection Points histoire.


Féru d’histoire ? Abandonnez un instant les salles de poker pour découvrir l’histoire de ce jeu. Si le poker en ligne est encore relativement jeune, ce jeu a des origines trčs anciennes et une histoire passionnante !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)