B&S Encyclopédie

Diffus par CashTrafic

La concentration en Pologne – Les ghettos

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

1. Généralités

Lorsque les Allemands envahissent la Pologne, ils ont déjà une bonne expérience du processus de concentration, acquise en Allemagne même et dans le Reichsprotektorat. Le processus en Pologne se déroule avec beaucoup plus de hâte et de brutalité et très rapidement le pays devient le terrain d'expérimentation par excellence : d’une part, le personnel administratif allemand qui va s’occuper de la Pologne compte une forte proportion de nazis, membres du NSDAP, beaucoup plus « idéologisés » et bien moins méticuleux et bureaucratiques que les fonctionnaires du Reich. De plus, l'image du Polonais en général et du Juif Polonais en particulier est celle d'une « Sous-humanité » (« Untermenschtum »). Peu importe, contrairement à ce qui prévaut dans le Reich, qu'une mesure dirigée contre les Juifs portât aussi tort à des Polonais. Ces « esclaves » valent beaucoup moins que les Allemands. Enfin et surtout le nombre des Juifs de Pologne plaide en leur totale défaveur : avant la partition avec l'URSS, les Juifs polonais sont 3,3 millions, soit un dixième de la population totale. Après la partition, ils sont 2 millions sous la coupe nazie, Varsovie comptant à elle seule 400.000 Juifs.

Pour toutes ces raisons, la bureaucratie va très vite, et au lieu d'utiliser un système de restrictions progressives comme dans le Reich et le Protektorat, elle va droit au but, en ressuscitant le type du ghetto médiéval totalement coupé du monde. Ainsi, entre l'automne 1939 et l'automne 1941, trois vagues d'expulsions se déroulent de l'ouest vers l'est :

  1. Juifs et Polonais des territoires occupés vers le Gouvernement Général
  2. Juifs et Tziganes du Reich et Protektorat vers le Gouvernement Général
  3. Juifs et Tziganes du Reich et Protektorat vers les territoires incorporés.

Ces opérations sont en fait révélatrices de l'hésitation de la bureaucratie allemande et de la montée progressive de la « Solution finale ». Au plus fort de cette réorientation, on lance vers l'Est des milliers de convois en ayant en vue la mise en oeuvre de solutions intermédiaires dont l'exemple type est le « Projet Madagascar ». Mais peu à peu, et au fil des événements politiques et de l'avancée du conflit, particulièrement dans l'évolution de la guerre germano-soviétique, on s'oriente, le Führer en tête, vers « l'Endlösung » qui n'a rien plus à voir avec la déportation…

 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant


Diffus par CashTraficLe jeu de stratgie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites crotre votre influence sur la scne internationale par le biais d'alliances ou de dclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour dcouvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)