B&S Encyclopédie

Diffusé par CashTrafic

Rome : la chapelle Sixtine (Vatican)

Partager:  partager Partager bsencyclopedie sur Twitter

1. Histoire

Sixte IV
La chapelle sous Sixte IV
Les transformations de Jules II
Le Jugement dernier
Les restaurations

1.3. Les transformations de Jules II

Raphaël Sanzio : portrait de Jules II. 1512. Tempera sur bois, 108,5 x 80 cm. Florence, les Offices
Raphaël Sanzio : portrait de Jules II. 1512. Tempera sur bois, 108,5 x 80 cm. Florence, les Offices

Vingt ans après la mort de Sixte IV, son neveu, Giuliano della Rovere, dont il avait grandement favorisé la rapide et brillante ascension au sein de la hiérarchie ecclésiastique romaine, accède au pontificat sous le nom de Jules II (1503-1513).

Belliqueux, autoritaire, d’une moralité plus que douteuse, il use systématiquement de la pratique des indulgences pour financer son grand projet architectural : la construction de la basilique Saint Pierre, pratique qui scandalise un certain moine du nom de Martin Luther…

Le 18 avril 1506, Jules II pose la première pierre de Saint Pierre du Vatican, dont il confie la construction à Bramante. Il semble que le chantier, ainsi que la construction de la tour Borgia, aient déstabilisé la chapelle : en mai 1507, une longue fissure s'ouvre dans la voûte. Bramante est chargé d'y remédier : il fait installe des chaînes dans la pièce située au-dessus de la Chapelle pour la consolider. Mais les dégâts occasionnés par la fissure et les travaux de préparation sont si importants que le pape décide de faire refaire la décoration de la voûte.

En 1508, il fait appel à Buonarroti, contre l’avis de Bramante qui met en doutes les qualités de fresquiste de Michel Ange. Mais se dernier, qui travaille justement au tombeau du pontife, refuse dans un premier temps : il est sculpteur, non peintre. Il faut toute la conviction du pape et probablement des colères et des menaces pour finalement contraindre l’artiste à accepter :

Tombeau de Jules II. Vue générale. 1545. Marbre. Eglise saint Pierre in Vincoli, Rome
Tombeau de Jules II. Vue générale. 1545. Marbre. Eglise saint Pierre in Vincoli, Rome
Le 8 mai 1508 est signé le contrat prévoyant la réalisation des douze apôtres dans les pendentifs et des motifs ornementaux géométriques dans les parties restantes. Une esquisse du peintre montre des panneaux circulaires, en losange et quadrangulaires alternant sur le plafond, alors que les apôtres se cantonnent aux voûtains.

Mais début 1509 Michel-Ange estime ce projet trop « pauvre », et finalement le pape laisse à l'artiste carte blanche sur le sujet. Une seconde esquisse révèle toute l’ampleur du changement entre les deux projets : les images envahissent le centre de la voûte, qu'elles occupent fermement, et déjà apparaît l'idée des corniches peintes en guise d'encadrements qui prolongent sur le plafond l'espace occupé par les trônes des apôtres. On aperçoit aussi, derrière une grande main en surimpression, un vaste cadre octogonal, ainsi qu'un plus petit, rectangulaire. Michel-Ange n'a pas encore décidé, à ce stade, de la manière dont il allait simuler les corniches ; elle lui viendra probablement des divisions architecturales des arcs de triomphe romains, et il s’est peut-être inspiré de l’arc de triomphe de la fresque du Perugin, la « Remise des clefs à saint Pierre ».

Michel Ange : croquis préparatoire pour le décor de la chapelle Sixtine avec étude de bras et de mains. 1508-1509. Plume sur mine de plomb et fusain. 27,5x39cm. Londres, British Museum
Michel Ange : croquis préparatoire pour le décor de la chapelle Sixtine avec étude de bras et de mains. 1508-1509. Plume sur mine de plomb et fusain. 27,5x39cm. Londres, British Museum
Ainsi Michel Ange réalise neuf scènes centrales représentant des épisodes de la Genèse, bordées de 20 nus (Ignudi) soutenant des médaillons illustrant des scènes tirées du Livre des Rois. A la base de la structure architectonique, douze figures de Prophètes et de Sibylles siègent sur des trônes monumentaux et sont accompagnées chacune de deux génies, symboles de l'intelligence et de la volonté. Des putti en grisaille jouent sur les parapets des pilastres peints qui constituent leurs sièges. Ces figures enfin dominent une galerie des Ancêtres du Christ, représentés dans les voûtains et les lunettes sur les parois nord et sud et sur la paroi d'entrée). Enfin, dans les pendentifs des quatre coins, il représente quatre épisodes du salut miraculeux du peuple d'Israël. Il délimite la voûte par des d'éléments architecturaux peints formant des encadrements.

Travaillant couché sur le dos sur un haut échafaudage, il n’a qu'un seul assistant qui lui prépare et lui broie les couleurs. En août 1510, Michel-Ange a terminé la première moitié de la voûte, du mur d'entrée jusqu'à la scène de la création d’Eve. Un peu plus de deux ans plus tard (octobre 1912), il achève son œuvre. Le 1er novembre, jour de la Toussaint, le Pape célèbre la messe dans la Chapelle.

Chapelle Sixtine, Vatican : vue générale de la voûte de Michel Ange, 1508-1512
Chapelle Sixtine, Vatican : vue générale de la voûte de Michel Ange, 1508-1512
Chapelle Sixtine, Vatican : l’intérieur. 1475-1483 pour les fresques de murs ; 1508-1512 pour la voûte ; 1535-1541 pour le jugement dernier
Chapelle Sixtine, Vatican : l’intérieur. 1475-1483 pour les fresques de murs ; 1508-1512 pour la voûte ; 1535-1541 pour le jugement dernier
 chapitre précédentchapitre suivant 
Chapitre précédentChapitre suivant

Icone texte Articles connexes
Actualités automobiles, essais, comparatifs, nouveautés...
Pour en savoir plus...

Diffusé par CashTraficLe jeu de stratégie par navigateur ! Combattez des milliers de joueurs et imposez votre loi ! Faites croître votre influence sur la scène internationale par le biais d'alliances ou de déclarations de guerre ! Formez une alliance et imposez vos vues à vos adversaires ! Commercez avec les autres joueurs ou espionnez-les pour découvrir leurs faiblesses !
Encyclopédie
©2007-2010 B&S Editions. Tous droits réservés.
Hébergement du site chez notre partenaire 1&1 (voir ses offres)